Présentation des ateliers méthodologiques : sensibilisation à différentes méthodes de recherche

Au cours du Séminaire Européen de Recherche sur le Formation des Adultes, il vous sera proposer de découvrir différentes méthodes/méthodologies de recherche, tant en ce qui concerne les investigations ou enquêtes (recueil de données, production de matériaux empiriques), que pour leur traitement, analyse et interprétation. Vous trouverez ci-dessous les présentations des différents ateliers.

Il vous est demandé de classer vos souhaits de participation à ces ateliers au moyen du questionnaire en ligne accessible ICI.
QR code à utiliser pour accéder au questionnaire en ligne afin de vous permettre de classer vos souhaits de participation aux Ateliers
Atelier A : Observer et analyser une situation de formation professionnelle : quelle méthodologie de conception et d’exploitation de corpus vidéos ?

Atelier proposé par Dominique Guidoni-Stoltz (Dijon)
La présentation s’appuie sur le travail de recherche mené par des chercheurs de l’équipe UR FoAP et des stagiaires du master IFPE dans le cadre d’un projet d’intervention-recherche visant à concevoir un environnement virtuel éducatif (SilvaNumerica – domaine de la forêt). Nous centrerons le propos sur l’observation outillée et l’analyse de données vidéos de situations de formation-apprentissage en situation écologique (classe et/ou terrain). Nous aborderons, à partir d’un cas, les questions liées aux enjeux de l’usage de la vidéo (de la collecte des données à l’analyse), au dispositif d’enregistrement et aux questions juridiques associées, à la gestion des données puis à l’analyse multimodale des données recueillies. Si la durée de l’atelier le permet, nous analyserons conjointement un extrait vidéo à partir de nos lunettes théoriques respectives.

Atelier B : Sensibilisation à la recherche collaborative

Atelier proposé par Bernadette Charlier et Nathalie Deschryver (Fribourg)

Cet atelier visera à discuter des finalités et conditions de réussite d’une recherche collaborative. Après avoir individuellement pris connaissance d’un bref document de synthèse à propos de la recherche collaborative et discuté de son contenu (définitions, approche épistémologique, finalités, critères de qualité, références), les étudiants seront invités à se poser trois questions et à en discuter avec l’ensemble du groupe et les animatrices :

  1. En ce qui concerne mon mémoire, est-ce que cela correspondrait aux objectifs de recherche que je me suis donné ?
  2. Est-ce que j’aurais les conditions de réussite ?
  3. Quels types de résultats pourrais-je obtenir et est-ce que cela correspondrait à ce que j’attends ?
Atelier C : L’entretien de remise en situation

Atelier proposé par Frédéric Pogent (Brest)

Cet atelier propose de découvrir l’entretien de remise en situation. Il envisagera des manières de :

  • utiliser des méthodes de recueil et d’enregistrement par les acteurs de traces de leur activité, son usage est nécessaire lorsque l’observation ou l’enregistrement du comportement est impossible pour des raisons diverses.
  • documenter l’activité des participants à une recherche sur des périodes longues et discontinues.
  • constituer, dater et mettre en série des traces ; collecter des documents et outils utilisés par les participants à une recherche.
  • se remettre en contexte et expliciter sa conscience préréflexive et non pas analyser son activité
Atelier D : Méthodes mixtes

Atelier proposé par Michaël Parmentier (UCLouvain)

Cet atelier propose d’aborder la question des méthodes mixtes. Les méthodes mixtes impliquent l’utilisation de méthodes à la fois quantitatives et qualitatives (Creswell, 2014). Le champ des méthodes mixtes étant relativement récent, celles-ci sont néanmoins de plus en plus plébiscitées ; elles offrent, en effet, l’opportunité d’un travail complémentaire dans lequel les forces d’une méthode équilibrent les faiblesses de l’autre. Nous proposons donc, dans cet atelier, de passer en revue l’éventail des méthodes mixtes existantes et d’en aborder les aspects pratiques et de mise en œuvre. À cet égard, nous porterons notre attention sur leur application dans plusieurs exemples en formation d’adultes et dans d’autres champs. Nous aborderons également l’utilisation de méthodes mixtes pour la création, la mise en place et l’évaluation d’interventions et de formations auprès d’adultes.

Atelier E : Épistémologie

Atelier proposé par Maryvonne Charmillot (Genève)

Définir une posture de recherche est une nécessité. L’activité scientifique relève en effet de certains principes épistémologiques, théoriques, méthodologiques et techniques dont il faut rendre compte, de manière non seulement à valider les connaissances produites, mais aussi à discuter de leurs fondements et de leur construction. Les questions que pose la définition d’une posture concernent, autrement dit, les principes, les concepts, les méthodes, et les résultats des connaissances produites. On parle de posture ou de position épistémologique pour indiquer le paradigme de recherche dans lequel s’inscrivent les choix théoriques et méthodologiques effectués (ex : explication, compréhension, description, herméneutique, etc.). Dans cette perspective, définir une posture de recherche en sciences sociales peut être envisagé comme la construction d’un chemin argumentatif. Quels types d’arguments doivent-ils être développés ? C’est cette question qui fera l’objet de l’atelier. Nous prendrons comme exemples les projets de mémoire des étudiant.es qui le souhaitent, ou des exemples de mémoires disponibles sur l’archive ouverte.

Atelier F : L’entretien semi-directif

Atelier proposé par Marghérita Bussi (UCLouvain)

Cet atelier propose d’explorer l’entretien semi-directif (ou entretien centré, Combessie 2010). L’entretien semi-directif est mobilisé dans plusieurs designs de recherche qui souhaitent amener l’interviewé à parler extensivement et en détail des thématiques prédéfinies qui sont au centre du questionnement de recherche. Dans cet atelier nous aborderons les caractéristiques de l’entretien semi-directif, des exemples relevant notamment des politiques de formation des adultes seront présentés afin d’identifier la pertinence de cette méthode avec le cadre d’analyse choisi. Les étudiants seront également invités à travailler sur un guide d’entretien à partir d’un questionnement, à le tester et à se confronter aux difficultés liées à la traduction des concepts théoriques en langage « intelligible » pour les interlocuteurs ainsi qu’à la conduction d’un entretien efficace tout en respectant un cadre éthique.

  • Blanchet, A. (2007). L’enquête et ses méthodes: l’entretien. Armand Colin.
  • Bernard, H. R. (2013). Social research methods: Qualitative and quantitative approaches. Sage. (Chapter 8)
  • Combessie, J. C. (2010). La méthode en sociologie. La découverte
Atelier G : méthode expérimentale en psychologie cognitive des apprentissages et de l’éducation atelier annulé

Atelier proposé par Jean-Michel Boucheix (Dijon)

Cet atelier aura pour but de présenter, discuter, et de faire réfléchir aux conditions d’utilisation de la méthode expérimentale en psychologie des apprentissages et en éducation. La décision de réaliser des expérimentations contrôlées en éducation et formation pour étudier les questions que posent les sciences cognitives de l’apprentissage dépend de nombreux facteurs. Ces facteurs concernent entre autres : le type de question que l’on veut investiguer, mais aussi l’objectif d’objectivité, l’administration de la preuve, la représentativité, la généralisation, l’évitement des biais d’investigation, le problème de la « mesure » des comportements humains, et enfin la mise en œuvre concrète des résultats. Il ne s’agira pas d’opposer les méthodologies, mais de souligner les apports de la méthode expérimentale aux questions de l’ingénierie de la formation. Le but de l’atelier est tout aussi épistémologique que technique. Pour le déroulement pratique de l’atelier, nous partirons de la présentation, et analyse, d’études expérimentales de référence. Dans un deuxième temps, à partir d’un article scientifique expérimental qui sera proposé et concernant un apprentissage en formation, il s’agira d’analyser et de discuter des raisons, des conditions et des modalités de mise en œuvre de la méthode expérimentale. Cet atelier s’adresse surtout aux participants qui ne sont pas familiers avec l’utilisation des méthodologies expérimentales, et aussi éventuellement à tous les participants intéressés par cette approche.

Atelier H : Entretien compréhensif

Atelier proposé par Pascal ROQUET (CNAM)

Dans le cadre d’une approche qualitative des phénomènes sociaux, éducatifs et formatifs cet atelier propose de réfléchir sur les conditions de réalisation d’un entretien compréhensif. Cinq dimensions seront traitées prioritairement :

  • L’attitude empathique dans l’entretien
  • L’écoute complète et totale des interviewés
  • La prise en compte du vécu des acteurs
  • Le questionnement compréhensif  comme interaction et conversation
  • Le respect du point de vue de l’acteur
Atelier I : Observer et analyser l’activité de travail (pour concevoir une formation)

Atelier proposé par Paul Olry (Dijon)

L’atelier débute par la lecture d’un bref document de synthèse pour prendre connaissance des fondements de l’analyse de l’activité dans les deux acceptions présentées et discutées au regard de leur contenu (définitions, hypothèses ontologiques et épistémologiques, finalités, critères de qualité, références). Le recueil de traces de l’activité, au travail et en formation, repose sur des articulations théories-méthodes, que nous limiterons ici au projet techno-scientifique de la Didactique Professionnelle. Après, une rapide présentation des hypothèses fondamentales de l’approche, les étudiants seront d’abord invités à expérimenter les méthodes de traitement sur des extraits de données résultant de recherche-actions menées sur différents terrains ; puis, éventuellement, à s’y initier sur leurs propres données (s’ils en disposent).

Atelier J : Étude de cas Atelier annulé

Atelier K : Interactions verbales et analyse de données audio-vidéo

Atelier proposé par Laurent Filliettaz (Genève)

Les activités de travail et de formation reposent fréquemment sur des interactions verbales et non verbales entre les participants. L’objectif de cet atelier est de permettre aux étudiants de mieux cerner quelques-unes des spécificités de ces interactions et de leur organisation. Il s’agira également de souligner les potentialités des méthodes d’analyse de l’interaction pour aborder des problématiques de recherche en formation des adultes. L’atelier donnera l’occasion aux étudiants de travailler sur des enregistrements audio-vidéo et de mettre en pratique les principes présentés.

Atelier L : analyse de discours

Atelier proposé par Denis Lemaître (CNAM)

Dans nos enquêtes, nous avons souvent besoin d’analyser des matériaux textuels : entretiens retranscrits, documents officiels, pages de sites Web, etc. Mais nous sommes souvent dépassés par la masse documentaire, la diversité des contenus et la difficulté à construire des interprétations, au-delà de la simple paraphrase des textes. Cet atelier présente des outils empruntés à la sociolinguistique et à l’analyse littéraire (ex. : ethos, schéma actanciel, séquences et fonctions) pour analyser les discours et mettre en évidence les logiques à l’œuvre chez ceux qui s’expriment. Dans les discours pris au sens large (ex. : explications, récits, jugements de valeur), ces outils permettent d’objectiver des phénomènes textuels en isolant les éléments à étudier, pour comparer ensuite les matériaux et généraliser les interprétations, en prenant de la distance par rapport à ce qui est dit.

Atelier M : Questionnaire

Atelier proposé par Isabel Raemdonck (UCLouvain)

Cet atelier propose d’aborder la question de la méthode quantitative via questionnaire. L’étude quantitative est une technique de collecte de données qui permet au chercheur d’analyser des comportements, des opinions, des attentes en quantité. L’objectif est souvent d’en déduire des conclusions mesurables statistiquement. L’étude quantitative permet de prouver ou démontrer des faits en quantifiant un phénomène (Fortin & Gagnon, 2016). La méthode quantitative utilise le questionnaire ou le sondage auprès d’un panel pour récolter des données à analyser. Nous proposons dans cet atelier d’aborder les étapes de conception d’un questionnaire auto-rapportés. Comment déterminer le public cible et la taille d’échantillon ? Quel format de questions et réponses à choisir ? Ou trouve ton les échelles? A quels éléments doit-on être attentif lorsqu’on choisit une échelle ? Pourquoi les items sont-ils redondants ? Dans quel ordre doit-on présenter les questions et items ? Finalement nous abordons le consentement informé, les éléments à mettre dans la lettre d’information et les conditions de passation. 

Atelier N : Produire, organiser et analyser des enregistrements filmiques à des fins de recherche sur des situations de formation

Atelier proposé par Laurent Veillard (Dijon)

Les objectifs de cet atelier seront :

A – de réfléchir à la mise en place d’un dispositif de recueil de données ethnographiques, s’appuyant sur la vidéo et d’autres techniques qualitatives complémentaires, en fonction d’une problématique de recherche et des caractéristiques des espaces physiques et sociaux investigués
B – de dégager quelques principes pour organiser son corpus de données à des fins d’analyse
C – de réaliser une première analyse d’un enregistrement filmique par le biais de la production d’un synopsis. Les étudiants travailleront sur ces différentes étapes à partir de quelques cas de recherche et de matériaux empiriques issus de certains de ceux-ci.

Atelier O : Ergonomie des situations de formation

Atelier proposé par André Zeitler (Brest)

La proposition d’atelier portera sur l’Ergonomie des Situations de Formation (ESF). L’idée centrale de cette approche est d’étudier l’activité de construction de la compétence du point de vue des processus d’apprentissage des personnes en formation. En s’inspirant des démarches ergonomiques, le programme de l’ESF vise de comprendre qu’est-ce qui dans le dispositif de formation et du point de vue de l’activité de l’apprenant favorise ou défavorise le développement de l’apprenant. Partant de là il devient possible de faire des propositions pour l’amélioration ou la conception de dispositifs de formation en cohérence avec les mécanismes de l’apprentissage.
Dans notre atelier nous étudierons les questions, théories et méthodes pour mener à bien ce type de projet de recherche.